No events

mas03

Les sites repérés dans le village sont nombreux et permettent de retracer clairement la chronologie des différents habitants de la zone, du paléolithique au Moyen Âge.

mas05

Le bâtiment le plus emblématique de la commune est son église paroissiale de la Degollación de San Juan Bautista (égorgement de saint Jean-Baptiste). De style baroque, elle comprend trois nefs, couvertes de voûtes en berceau brisé, et une coupole surmontant la croisée. La décoration intérieure y est simple, en raison de la reconstruction menée suite à l’incendie de l’église pendant la guerre civile. Son magnifique porche, flanqué de colonnes salomoniques, et sa majestueuse tour, faite de briques et culminant à soixante-quatre mètres et demi de hauteur, parachèvent le tableau de cette somptueuse église. Son patrimoine religieux comprend également les chapelles de Santa Flora (Sainte-Fleur), datant du début du XVIIIe siècle, dans laquelle a été récemment installé un mirador qui offre un point de vue incomparable et que l’on peut atteindre via le calvario, et celle de Santa Bárbara (Sainte-Barbe), malheureusement en ruines.

 

Dans le centre-ville de Mas de las Matas, d’autres bâtiments présentent un grand intérêt, et notamment l’hôtel de ville : celui-ci date du milieu du XVIIe siècle et comprend une halle en pierre de taille et des arcades en plein cintre à l’étage inférieur, ainsi qu’un balcon filant à l’étage supérieur. De même, il ne faut pas oublier la Casa Zárate, à l’origine la maison du mestre Diego Sanz, construite au XVIIe siècle, et la Casa Feliú, bâtie au XVIIIe siècle. Cette dernière accueille le musée Mas de las Matas, siège secondaire de Dinópolis, créé par le groupe d’études Grupo de Estudios Masinos et qui expose des fonds archéologiques et des arts plastiques.

Enfin, il convient de s’intéresser également au patrimoine hydraulique de la ville, dont le point de départ est le système d’irrigation musulman, datant du VIIIe siècle, qui traverse le village. Construit au XVIIIe siècle, le canal Mayor approvisionnait en eau les nombreux lavoirs situés en divers points du centre du village, comme celui de las Lunas ou celui du Brazal. Quant au moulin à farine, actuellement en cours de restauration, il fait partie des lieux de visite incontournables de Mas de las Matas : il est l’illustration de la transition entre les systèmes traditionnels de broyage et les meuneries industrielles.

Depuis 2004, pendant deux jours Mas de las Matas remonte dans le passé au XVIIe ou XVIIIe siècle avec la fête du « Regreso del Comendador » (Retour du commandeur). Cette reconstitution se fonde sur des données historiques documentées et elle change d’une année à l’autre. Ainsi, la fête est en constante évolution, avec de nouvelles cérémonies ou activités introduites chaque année, qui présentent un attrait tout en restant didactiques et dans le respect de l’époque reconstituée.

La musique et les chants de ces siècles occupent une place de choix depuis le début. Tous les ans, le week-end marque le lancement de l’activité culturelle du retour du commandeur, avec un récital de chansons ou de musique d’époque le vendredi soir dans l’église paroissiale et la grand-messe du dimanche, toujours chantée, et dont le répertoire de musique sacrée est sans cesse renouvelé.

mas04 mas06 mas09 mas08

On y trouvera un marché du Siècle d’or espagnol avec des stands d’artisanat, des tavernes, une exposition de matériel ancien de labourage, ou encore des reconstitutions par les habitants de scènes agricoles ou de la vie quotidienne, comme l’élaboration de savon artisanal ou le lavage à la cendre. À cela s’ajoute une variété d’animations de rue qui, d’une année à l’autre, ne désemplissent pas de participants entre les « Géants » et joueurs de cornemuse (en échange avec ceux du club de la commune « La Pasma »), les experts en escrime de la « Asociación Española de Esgrima Antigua » (Association espagnole d’escrime ancienne), qui restent fidèles à l’événement depuis la première année, les chevaux d’associations hippiques d’Acorisa ou d’Alcañiz, sans oublier d’autres activités divertissantes d’époque. Le tout sert à renforcer la commémoration d’un événement, avec la reconstitution de l’arrivée d’un nouveau commandeur qui, pour ses contemporains, était auréolé de respect, d’admiration et, déjà à l’époque, d’une certaine lueur de contestation. Ce que recrée aujourd’hui l’aveugle, avec ses complaintes critiques et satyriques et qui, pendant tout le week-end, déambule dans la commune.

FaLang translation system by Faboba